TERRES et FEUX

Recherches sonores : visitez mon site  Orgue à feu

Bouclier 1.70/ 0.30 m Collection privée

Œuvres uniques, nous le sommes, bien que l’on puisse parfois en douter !

Nous appartenons au genre Homo sapiens*, une niche actuellement en expansion au sein de la diversité de moins en moins foisonnante des êtres vivants. Chacun d’entre nous constitue l’un des maillons d’une immense chaîne qui nous relie, par l’intermédiaire de nos ancêtres les plus lointains, aux origines mystérieuses de la Vie .

Nous ressentons tous, de façon plus ou moins sensible, le sentiment diffus de cette appartenance. Étrange, cette sensation d’avoir été aspiré par les méandres de l’évolution, puis acheminé en une incroyable course de relais, infime poussière vivante, jusqu’à aujourd’hui .

Cet ancestral lien avec la Nature nous lie à la soupe primitive des bactéries. Loin de chercher à l’oublier je m’efforce de le ressentir, de l’interroger afin de parvenir,  à le transcrire sous différentes formes

Je poursuis simultanément mes recherches sonores et visuelles. J’aime faire vibrer l’air qui nous entoure, j’aime peindre, sculpter, allumer des feux pour créer de nouvelles textures organiques ou minérales, de nouvelles vibrations thermiques.

Toutes ces actions qui apparaissent à beaucoup comme inutiles, dérisoires, sont devenues pour moi, depuis bien longtemps, une nécessité vitale…

* « Sapiens, une brève histoire de l’humanité »  de Yuval Noah Harari.

Arche de Noé 55 cm.

Big bang ou soleil évoluant en géante rouge  ? La vie terrestre semble s’acheminer entre ces deux désordres majeurs, tout aussi obscurs à notre compréhension… Le premier était-il aussi unique que l’on pense ? Le second inéluctable ?

Quelles actions devons nous réaliser pendant nos vies éphémères en chevauchant, les uns après les autres, l’échelle du temps sur « notre » planète bleue, en fuite dans l’Espace?

Ma volonté d’être vivant consiste à jouer avec diverses matières minérales, à les chauffer plus ou moins rapidement, avant de les abandonner à leur sort, telle une lave refroidie. Les œuvres ainsi réalisées évoquent un instant de potentialité active. Elles dévoilent l’histoire de leur création, comme la présence étoilée de l’univers, au dessus de nos têtes, nous invite à découvrir le mystère de la sienne… L’univers, une œuvre unique ? Penser, imaginer l’univers demeure pour nos cerveaux, mêmes calculateurs, furieusement limité. J’en parlais l’autre jour à mes poissons rouges, tous également des œuvres uniques glissant dans leur bassin : ils ne savaient pas trop, eux non plus, où ils se situaient et s’il existait un but à leur curieuse existence…

Expansion 04  Galaxie du Poisson rouge. 120/160 cm.
Arche de Noé abandonnée
Arche de Noé fossilisée 55 cm.
Fin d’un trou noir. Collection privée.
Dragon de feu. Collection privée.
En souvenir d'une oeuvre unique : l'Arche de Noé
En souvenir de celles et ceux qui, sous la pluie, ont regardé l’Arche de Noé s’éloigner…
Coquillage mutant. Collection privée
Toiles de Terre, Exposition 2020.